Courtier Conseil

En 15 ans, le métier de courtier pro s’est radicalement transformé. Il ne s’agit plus du tout de simplement négocier des conditions commerciales.

D’ailleurs, il est de plus en plus fréquent que nous n’ayons même pas besoin de négocier, puisque nos partenaires bancaires (sans eux, on ne serait rien !) ont désormais tendance à nous faire du premier coup la meilleure offre possible. Le gain de temps est en effet clé, pour nos clients !

Nous sommes désormais dans un véritable rôle de conseil, car l’accès au crédit s’est durci, et il faut désormais avoir un dossier irréprochable sur la forme.

Des exemples concrets, très récents :

  • Négociation d’une baisse de prix de 40.000 €, sur un dossier sur lequel nous avons été mandatés après la signature de la promesse.
  • Révision d’un prévisionnel rédigé par un expert-comptable, en accord avec ce dernier, afin de le mettre aux normes bancaires
  • Aide à la cession pour un ancien client, en lien étroit avec son expert-comptable, un avocat et plusieurs agents immobiliers
  • Renégociation des commissions cartes bleues pour une ancienne cliente
  • Intervention auprès du notaire vendeur afin de sécuriser une préemption, et rassurer le vendeur sur la solvabilité
  • Conseils afin que le client puisse se mettre en situation de signer l’achat de ses bureaux sans condition suspensive (permettant ainsi d’emporter l’affaire), grâce à l’obtention d’un accord ferme de crédit

Bref, on ne se définit plus comme simple courtier… mais comme COURTIER CONSEIL !

Le Sud-Ouest, terre d’Entrepreneuriat

Nous sommes ravis d’avoir pu contribuer à l’émergence de divers projets en Aquitaine.

Ce territoire dynamique aux nombreux atouts attire les entrepreneurs ou les anciens salariés en reconversion souhaitant prendre le virage de l’indépendance.

Nous pouvons par exemple citer le projet de Léonard, jeune kinésithérapeute formé à Bruxelles ayant exercé comme remplaçant en arrivant dans la région. Il a souhaité profiter d’un programme de promotion sur le nord de la ville de Bayonne, dans l’éco-quartier du Séqué pour installer son cabinet dans une zone où il n’y en a pas. Ce projet ambitieux a pour vocation de donner le jour à un mini-centre de réathlétisation dans lequel il fera intervenir l’ensemble des professions utiles sur un tel cycle : kinésithérapeutes, ostéopathes mais aussi coachs sportifs ou encore diététiciens.

Nous avons également accompagné Christophe, chef d’entreprise expérimenté de la région de Troyes dans sa reconversion dans le domaine de l’hôtellerie / restauration. Il a dirigé avec succès deux entreprises importantes dans le secteur de la réfrigération sur lieu de vente pendant de nombreuses années et a souhaité s’installer sur Soorts-Hossegor avec son épouse pour reprendre le bar-hôtel-restaurant du Rond-Point qui est une institution locale. Nous avons réussi à convaincre une banque de la solidité et de la pertinence de ce projet de reconversion.

Nous sommes aussi heureux et fiers d’avoir aidé Louis et Damien, deux jeunes saisonniers passionnés de surfs à reprendre une pizzeria bien implantée de Lacanau-Plage.  Ils transforment l’établissement en surfhouse proposant une restauration à base de burgers, bagels ou encore poke bowls très adaptée à une clientèle estivale ainsi qu’un corner de vente d’articles de surfs issus du commerce équitable chinés au gré de leur voyage comme des planches vintage indonésiennes ou des ballons de beach-volley brésiliens.

Nous pouvons enfin citer Jean-Baptiste, Cyril et Jean-Guy qui ont travaillé ensemble dans un bar/brasserie très connu de la place de la Fontaine Chaude à Dax (deux d’entre eux étaient associés) et passent un cap en investissant dans la création d’une brasserie dans une ZAC en devenir de la périphérie de Dax, bâtissant le projet de A à Z, de la construction des murs à la création du fonds de commerce. Ils nous ont bluffés par leur connaissance de l’ensemble des problématiques liées à une telle création (aspect foncier, maîtrise d’œuvre, connaissance de la zone et de son potentiel, développement d’une offre attractive et adaptée à la clientèle) et leur brasserie verra le jour au courant de l’été 2020. Nous avons par ailleurs fait intervenir deux banques en co-financement dans le cadre de ce projet ambitieux, afin de le boucler dans les meilleures conditions pour nos clients.

Ces profils d’entrepreneurs divers et variés font la richesse de la 4e région la plus dynamique de France dont le potentiel de développement lié à l’attractivité est encore très important.

Application dans le temps de la clause de solidarité de trois ans depuis la loi Pinel

L’article L 145-16-2 du Code de Commerce limitant à trois ans la solidarité du cédant au profit du bailleur s’applique seulement aux contrats conclus ou renouvelés à compter du 19 juin 2014 et non aux baux en cours ou aux cessions antérieures, selon la loi Pinel promulguée le 18 juin 2014.

Ainsi, si la rédaction nouvelle est d’application immédiate et est entrée en vigueur au 20 juin 2014, elle ne peut pour autant trouver à s’appliquer aux contrats en cours lors de son entrée en vigueur en application du principe de non-rétroactivité de la loi.

La loi Pinel sur l’artisanat et le commerce vise à mieux réguler les rapports locatifs des commerçants et des artisans. Elle contient des mesures concrètes pour les baux commerciaux afin d’inciter le maintien des commerces en centre-ville, en particulier :

  • L’encadrement des loyers par la modification des règles d’augmentation : l’indice des loyers commerciaux (ILC) a remplacé l’indice du coût de la construction sur lequel se basait l’augmentation des loyers commerciaux
  • L’obligation de la rédaction d’un inventaire des différentes charges afférentes au loyer annexée au contrat de bail ainsi que l’obligation d’information du locataire sur les travaux effectués sur les 3 années précédents la souscription du bail ainsi que ceux à réaliser sur les 3 années suivantes
  • Le droit de préférence à l’achat des murs du commerce pour le locataire lors de la vente par le propriétaire
  • L’interdiction du principe des baux fermes et donc la possibilité par le locataire de donner congés à l’issu de chaque période triennale

Ainsi la loi Pinel protège les locataires (artisans, commerçants, TPE…) mais concerne seulement les baux commerciaux qui ont été signés suite à sa promulgation et non ceux en cours au moment de la signature. Ces nouvelles mesures inscrites dans la loi peuvent ainsi ne toujours pas être d’actualité en 2019 pour certains baux 3/6/9 signés avant 2014.

Par Blandine PETIT – Orpi Moné à Capbreton

Blandine PETIT a intégré l’agence Orpi Moné fin 2017 pour développer le département « Commerces et Entreprises », assistée depuis novembre 2018 par Jeanne FOSSEY, forte d’un bagage juridique propre à cet univers. Bureaux, locations, droits au bail, cessions de pas de porte, locaux professionnels ou industriels, terrains professionnels, en passant par la cession de fonds de commerce et de parts sociales : l’équipe est à même d’accompagner ses clients de l’estimation à la signature de l’acte. Bénéficiant d’une formation au sein du groupe Orpi Pro, elles s’appuient également sur leurs partenaires juridiques, experts comptables, avocats d’affaires, notaires et experts en courtage professionnel afin d’offrir un service de qualité.

Contact Créditrelax Sud Ouest Matthieu Laparade

10ème participation à Franchise Expo Paris

Pour la 10ème année, CRÉDITRELAX sera présent sur Franchise Expo. Depuis 2005, c’est plus de 120 enseignes du secteur de la franchise et du commerce associé qui ont pu se reposer sur ses compétences et sa parfaite connaissance des rouages du crédit bancaire. Alors que les taux des crédits professionnels restent historiquement bas, entretien avec Jean-Philippe Deltour, Associé Fondateur de CRÉDITRELAX, membre du Collège des Experts de la Fédération Française de la Franchise et intervenant sur une conférence avec Hubert Bensoussan le lundi 26 mars à 12h00 sur le thème : « Comment devenir facilement franchiseur : quelles précautions, comment être financé. »

Le secteur de la franchise reste-t-il un marché dynamique pour les établissements bancaires?
Encore cette année, plus du tiers des financements négociés auprès des banques par CRÉDITRELAX concerne des projets de franchise. Les taux des crédits professionnels restent très attractifs, malgré une légère remontée en début d’année. Les banques aiment financer la franchise, puisque c’est par définition la duplication d’un modèle qui a réussi – ce qui facilite l’analyse risque. Statistiquement, les chances de réussite d’un franchisé sont plus élevées que celles d’un entrepreneur se lançant sans enseigne.

Les entreprises en franchise sont-elles différentes de vos autres clients ?
L’analyse d’un dossier de financement d’un franchisé est un peu différente de celle d’un projet « en indépendant », même si les grilles classiques d’analyse sont toujours valables. Pour rappel, sur les trois critères suivants, il faut au moins que deux soient remplis pour que la demande de financement soit recevable :
– L’apport personnel : il demeure incontournable ;
– L’expérience professionnelle du créateur : il est important de bien exposer ce qui a amené le franchisé à se tourner vers son projet et vers l’enseigne qu’il a choisie. La cohérence du parcours est essentielle ;
– La pertinence des éléments chiffrés : prévisionnel, cohérence du prix de vente (si c’est un achat d’actif), crédibilité du point mort, validation des investissements (par exemple, le coût d’aménagement du local rapporté au m²), etc…

Pourquoi faire appel à un courtier plutôt que de contacter directement un établissement bancaire ?
Les raisons sont multiples :
– Le courtier s’adresse, généralement, directement aux directions régionales, voire nationales, des banques. Et même parfois directement aux analystes des comités de crédit. Il parle leur langage, et peut se prévaloir de son antériorité. En clair : dans la plupart des cas, le porteur de projet présente pour la première fois un dossier à une banque. Le courtier, lui, en a présenté des centaines ! L’expérience, le vécu, est un facteur essentiel
– Les dossiers présentés par le courtier sont à la fois complets et synthétiques. En 5 minutes, sans avoir besoin de fouiller dans la masse des documents ou de recouper des informations, le banquier peut se faire son avis. Les documents administratifs, clairement classés et déjà vérifiés, ne seront là que pour conforter ce premier avis
– Tout dossier a des points faibles : l’erreur classique des porteurs de projet est de vouloir les cacher, ce qui est très mal perçu. Le courtier, au contraire, identifie les points faibles, et les expose clairement aux banquiers. Bien sûr, il s’agit aussi de mettre en valeur et d’argumenter sur les points forts ! Mais cette partie, généralement négligée, est extrêmement importante
– Le courtier parle à la fois le langage du banquier et celui des porteurs de projet. Parfois, la communication directe entre client et banquier a du mal à passer : il est souvent difficile de se comprendre (par exemple, sur les ratios financiers). Le courtier saura clairement expliquer les points techniques, tandis que le porteur de projet pourra se concentrer sur les aspects opérationnels (expliquer son CV, sa motivation…)
– Le courtier prépare les porteurs de projet aux entretiens bancaires : il y a un briefing. Et surtout une explication claire de ce que les banquiers attendent, notamment en termes de garanties. Ainsi, comme le porteur de projet est au courant très en amont des exigences des banquiers, un nombre non négligeable de quiproquos ou de conflits banque/porteur de projet est évité, ce qui facilite les négociations
– Enfin, tout simplement, le courtier a un carnet d’adresses : il a une crédibilité auprès de nombreux banquiers.

Quels sont les projets pour lesquels l’aide d’un courtier est la plus pertinente ?
– Quand la durée du crédit est longue (15 ans) : sur l’immobilier par exemple. Car les gains financiers sont démultipliés
– Quand les montants sont élevés, car là aussi les économies se trouvent très vite – et les banques proposent de plus en plus de pools bancaires. Il est utile, dans ce cas, qu’un professionnel centralise les informations et pilote les relations entre les banques
– L’expertise du courtier est plus efficace lors d’une reprise (vs. création), car il pourra s’appuyer sur les chiffres passés pour valider le prévisionnel du porteur de projet
– Les projets de parts sociales : car ils sont très complexes à présenter convenablement, et parce que chaque banque a ses propres exigences, qu’il est utile de connaître
– Les dossiers où une réponse rapide est nécessaire, car le courtier, par son carnet d’adresses, a accès à des procédures plus rapides.

A propos de CRÉDITRELAX
Jean-Philippe Deltour et Stéphane Kirsch ont créé CRÉDITRELAX en 2005 afin d’aider les entreprises à financer rapidement leurs investissements aux meilleures conditions. Une expérience unique, acquise sur 4 segments de clientèle : les commerçants & artisans indépendants, les franchisés, les professions libérales et les PME.
Leur intervention est pertinente sur tout projet de financement moyen ou long terme : fonds de commerce, parts sociales, matériel, exploitation, immobilier. CRÉDITRELAX assure le conseil, le montage, la négociation et le suivi du dossier de financement, jusqu’au déblocage des fonds.
www.creditrelax.com

Le Contrat d’Assurance Homme Clé

Souvent perçus par le chef d’entreprise comme une exigence des organismes bancaires pour couvrir les emprunts souscrits par une entreprise, les contrats d’assurance décès « Homme clé » ont une réelle importance dans la vie d’une entreprise.

Un contrat « Homme clé » ne s’adresse pas seulement au chef d’entreprise, mais également à tout collaborateur de l’entreprise dont la compétence, la technicité ou encore l’expérience apportent une réelle plus-value qu’il sera difficile de remplacer dans l’entreprise sans risque d’impacter son activité.

Exemples :
Un cadre commercial présent depuis 20 dans l’entreprise dont l’activité commerciale représente 50% des marchés de l’entreprise ;

Un technicien spécialisé capable de faire fonctionner certaines machines-outils anciennes dont le remplacement par des outils modernes demanderait des investissements conséquents.

Ces contrats permettent également au chef d’entreprise de garantir son patrimoine professionnel et de préserver ses ayants droits. L’apport de trésorerie dans l’entreprise par le capital décès permet de pérenniser l’activité et de maintenir ainsi la valorisation de l’entreprise.

Exemple : recrutement d’un Directeur Général, recherche de repreneurs, ….

Une réflexion s’impose donc !

Par Nicolas Jaboulay Agent Général Axa
31 Route de Versailles – 78560 Le Port Marly
njaboulay@aj2a.fr
(06) 11 63 47 31

 

 

 

Histoires de Financement

L’un des aspects les plus passionnants de notre métier est de toujours découvrir de nouveaux métiers, tout en permettant aux créateurs et créatrices de gagner leur indépendance en permettant la concrétisation de leur projet de vie.

Chaque dossier est l’occasion d’une belle rencontre, et d’enrichissement mutuel.

Parmi les histoires qui nous ont le plus touchés ces derniers mois (et pardon d’avance à tous ceux et toutes celles que nous omettons, faute de place !) :

Nous sommes fiers et heureux d’avoir pu accompagner Sylvie, qui a pu gagner son indépendance en prenant le contrôle de la société dont elle était déjà associée minoritaire, grâce à un prêt obtenu après de longues négociations. Elle est une experte de la traduction professionnelle, sur le secteur de niche du médical réglementaire. Il est passionnant d’avoir pu découvrir ce métier et son fonctionnement opérationnel, et d’avoir réussi à trouver LE banquier idéal pour porter sa demande de financement.

On peut également être sur un métier traditionnel et bien connu, et avoir un positionnement atypique et novateur. En l’occurrence, la restauration.

C’est le cas de Nicolas et Sarah, qui ont vécu à Melbourne, que nous avons eu de nouveau le plaisir d’accompagner sur leur deuxième affaire – qui est en plein travaux à ce jour ! cf https://www.instagram.com/holybellycafe/?hl=fr

Ils nous ont bluffés par leur maîtrise de leur métier, l’excellence de leurs produits et… les files d’attente devant leur affaire !!!

L’anecdote la plus amusante : le jour où la locataire de l’appartement situé au-dessus de leur boutique a interpellé la dizaine de clients (dont plusieurs australiens) faisant la queue en attendant l’ouverture du restaurant, vers 11h du matin, avec ces mots : « vous allez attendre longtemps, aujourd’hui c’est mardi et c’est jour de fermeture… What ? I’m sorry but it’s closed today » !

Bref, courez-y vous aussi (pas de souci, désormais c’est ouvert 7j/7 !), c’est à côté du canal st martin à Paris: http://holybel.ly/

Nous avons aussi permis le financement à des conditions exceptionnelles de l’achat des bureaux d’une agence de publicité/communication parisienne qui a l’ambition de devenir la première agence indépendante française.

Voyez plutôt : un taux de 0,88% à taux fixe sur 15 ans, sans garanties personnelles : la plupart de nos interlocuteurs bancaires ne voulaient même pas y croire !

Il a fallu pour cela faire marcher à fond notre réseau, et nos clients nous ont confié l’intégralité de cette tâche afin de pouvoir se consacrer à 100% à leurs clients et à la conception des campagnes. La créativité nécessite d’avoir l’esprit libre !

Nous pourrions aussi parler du boucher Hallal que nous avons installé à Montreuil sous Bois : quel accueil inoubliable il nous a réservé !

Bref, merci à toutes et tous !

Franchise Expo Paris 2017

L’actualité, c’est bien entendu la surprenante campagne menée afin de préparer au mieux… le salon de la Franchise !

Celui-ci a lieu comme chaque année Porte de Versailles, du 19 au 22 mars prochain, et comme chaque année depuis maintenant 9 ans nous serons présents en tant qu’exposants au sein du Village des Experts de la Fédération Française de la Franchise.

La Franchise est, en effet, un sujet d’une actualité brûlante cette année ! C’est l’un des piliers de l’économie française : imagine-t-on un centre-ville ou un centre commercial amputé de ses magasins à enseigne ? Bien entendu, non, et ces projets, comme les projets d’indépendants, ont besoin de financements.

Chaque jour qui passe nous convainc encore plus de continuer à aider les entrepreneurs à communiquer avec les prêteurs. Le paradoxe que nous évoquions dans une précédente newsletter est de plus en plus visible : les banques veulent prêter, offrent des taux historiquement bas, et pourtant il n’a jamais été aussi difficile d’emprunter !!!

Malgré le récente (petite) hausse de taux, c’est toujours incroyablement bas, et… incroyablement difficile !

Exemple concret : la semaine dernière, nous avons obtenu un prêt de 1.250.000 euros à 1% pour un rachat de parts sociales… Cela semble facile, mais nous avons dû pour cela solliciter 9 banques, qui toutes ont souligné la qualité du dossier et sa solidité. Nous avons également sollicité une plateforme de crowdfunding (nous faisons appel à toutes les sources de financements possibles : la présence de ces nouveaux opérateurs est précieuse), qui a accepté de prêter également, mais qui n’a bien entendu pas pu être compétitive avec l’offre bancaire obtenue en dernière minute.

Mais… il existe une procédure juridique avec le propriétaire des murs, laissant planer une incertitude… qui a provoqué 8 refus sur les 9 dossiers bancaires envoyés… Nous comprenons fort bien les positions de nos partenaires bancaires (l’objet de cet exemple n’est absolument pas de critiquer un supposé attentisme ou excès de prudence), mais ceci est simplement révélateur, à un point caricatural, de la situation actuelle et de notre rôle central dans la négociation d’un financement.

Nous sommes heureux d’accompagner nos clients et de les rassurer dans ces recherches de financements. En voici quelques exemples, dans la seconde rubrique.

Cocktail Franchise Expo Paris 2016

LES ORGANISATEURS  DU COCKTAIL FRANCHISE EXPO DU 21 MARS 2016

 INVITÉ 2016 :

Capequity

VOUS PROPOSENT DE PARTAGER LES PHOTOS DE L’ÉVÈNEMENT